31 mars 2017

L'ossuaire de Paris | Visite des Catacombes

Catacombes Paris Crâne

Visite guidée n°12

Ce mois-ci, j'ai décidé de partir à la rencontre des morts de Paris. Je vous fais le compte-rendu de ma visite impressionnée et impressionnante des Catacombes. Au programme ? Des os, encore des os et des citations macabres. Suivez le guide...


Descente aux enfers


Depuis combien d'années est-ce que je souhaite aller visiter les Catacombes ? A peu près aussi longtemps que je vis à Paris, ce qui commence à faire beaucoup. Les files d'attente à rallonge qui précèdent la réputation de la visite m'en avaient tenue éloignée. Jusqu'à ce qu'une collègue m'en parle au détour d'une discussion sur les expositions parisiennes. Ce fût adjugé et c'est pour finir à trois que nous avons descendu les 130 marches en colimaçon qui mènent à l'ossuaire municipal.

Avant d'accéder à l'ossuaire lui-même et après la descente des marches, nous passons par de longs couloirs qui suivent le tracé des rues en surface. Des gravures dans la pierre et des plaques signalent sous quelle rue on se trouve. La température est agréable : 14 degrés toute l'année.

Catacombes Paris Aqueduc d'Arcueil


Le sous-sol de Paris est un gruyère ! On imagine sans peine les parkings, les égouts et les métros, mais les Catacombes représentent quelque 300 km de galeries. Ce sont dans les anciennes carrières de Paris et ses galeries que furent entreposés les ossements des cimetières et des fosses communes parisiennes qui commencèrent à poser de graves problèmes de santé publique au XVIIIè siècle.

L'empire de la mort



La mise en scène de l'ossuaire est impressionnante : on passe sous un portique fraîchement repeint en noir et blanc surmonté des mots suivants gravés dans la pierre: 

"Arrête ! C'est ici l'empire de la mort"

Catacombes Paris portique Arrête c'est ici l'empire de la mort


Woaw ! Ça se pose là quoi. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises. On découvre les "hagues", ces empilements bien ordonnés de tibias et de crânes. Le reste des os est entassé derrière. Mais surtout il y a ces piliers de pierre sur lesquels sont gravés tout d'abord la provenance des ossements, ensuite des citations, souvent de Lamartine, mais aussi Virgile ou des extraits de la Bible qui renvoient au temps qui passe et à l'insignifiance de notre passage sur Terre. 


Catacombes Paris citation lamartine

Traduction de la citation de Virgile par Maurice Rat:
"Heureux qui a pu connaître les causes des choses et qui a mis sous ses pieds toutes les craintes,
et l'inexorable destin, et le bruit de l'avare Acheron."




Il faut se rendre compte qu'il y a des gens au XIXème qui ont pris la décision d'aménager cette espace de cette façon, que des ouvriers y ont travaillé pour poser chaque os à l'endroit où il se trouve et chaque pierre portant sa citation. Ça m'impressionne autant que tous ces morts.

Ces morts pour lesquels il est bien de s'arrêter quelques instants et se demander qui ils étaient. Chaque crâne était une personne, avec sa vie, la mort l'ayant pour finir conduit à cet endroit. Quelles pensées sont passés sous les os de ce crâne, comment a-t-il vécu, comment est-il mort? C'est vertigineux. Il y aurait quelques 6 millions de corps entassés sous les pieds frénétiques des Parisiens. Il n'y aurait pas assez d'un siècle d'existence pour raconter l'histoire de chacun si on la connaissait. Certains ne nous sont pas inconnus cependant, même si on ne pourrait mettre un nom sur un crâne ou une cage thoracique en particulier: Rabelais, l'homme au masque de fer, Lully, Charles et Claude Perrault et d'autres gisent, anonymes parmi les anonymes.


Catacombes Paris crânes

Catacombes Paris ossements

Catacombes Paris hague ossements

Voilà les pensées que m'ont inspirées cette virée dans les souterrains parisiens. Un mélange de fascination, de curiosité et de philosophie de comptoir qui valaient bien que l'on fasse une heure et demi de file.

Et vous ? Ça vous branche les ossements ? Vous avez déjà visité des Catacombes, qu'elles soient parisiennes ou non ?

Pour aller plus loin


En pratique: prévoyez de ne pas être pressé, le temps d'attente est long à l'extérieur à moins d'avoir un billet coupe-file (mais ils sont chers). A faire par températures clémentes et temps sec.
Les photos sont de moi et sont sous licence Creative Commons BY-NC-ND 3.0

Catacombes Paris crânes


Ce billet vous a plu? Vous pouvez le partager à vos amis, poster un commentaire ou encore suivre mes élucubrations culturelles sur Twitter, Facebook et Instagram.

9 commentaires:

  1. J'adore :)
    Je crois que j'ai fait deux heures de queue pour y aller, c'était un truc épouvantable XD
    Perso ça m'a fait penser à Armand, le vampire d'Anne Rice qui vivait sous le cimetière des Innocents. :) <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a eu beaucoup de chance que le temps était idéal, pas trop chaud pas trop froid, on n'a pour finir pas vu le temps passer en papotant abondamment dans la file.
      Excellent la référence à Anne Rice. En plus le cimetière des Innocents est une des causes de la création des catacombes : il semblerait que le cimetière était tellement rempli que des fosses communes se soient déversées dans les caves des commerçants dans une rue qui jouxtait le cimetière. Huhu.

      Supprimer
  2. Je ne me souviens plus de l'attente mais elle n'avait pas duré très longtemps. La mise en scène est théâtrale et vraiment marquante. J'en garde un souvenir très vif. Pas tellement macabre, impressionnant, gothique et émouvant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La chance ! Pourtant on est allé un vendredi aprème pour éviter la foule.
      C'est tout à fait émouvant en effet, ce point est évoqué dans mon billet. Quand on s'arrête devant tous ces ossements on ne peut pas s'empêcher de se demander qui étaient ces gens, ce qu'ils ont vécu. Ça m'a fait quelque chose.

      Supprimer
  3. Excellent, c'est un truc que j'aimerais trop visiter !
    Un jour quand je prendrai des vacances sur Paris... ;)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai beau être un pur parisien, je n'y ai jamais mis les pieds ^^
    J'aimerais beaucoup pourtant, j'adore cette ambiance un peu étrange. Ça donne très envie d'aller s'y balader :)

    RépondreSupprimer
  5. L'avantage c'est que les ossements ça bouge pas des masses :D Prenez votre temps ^^

    RépondreSupprimer
  6. Je devais le visiter avec ma cousine il y a quelques années et (truc trop improbable) j'avais oublié que ma mère était de passage sur Paris le même jour du coup j'ai dû faire l'impasse. Un jour peut-être... Merci pour cet aperçu photographique en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de pot :(
      Avec plaisir pour les photos.

      Supprimer